Krasny Ougol

2013
Wool and gold leaf 

 

 

 

Green blankets are suspended by one of their angle. Woven wool, they evoke the domestic sphere but their colors evoke collective domaines as the hospital or the army. Each is covered with a square surface with gold leaf. The title of the piece is the name of the 'beautiful corner' in izbas, where were placed the icons for private devotion. The golden square is related to the supremacist quadrangle.

Quatre couvertures de couleur verte sont suspendues au mur par une de leur extrémité et une cinquième est présentée tendue par deux de ses côtés. Tissées en laine, elles suggèrent le domestique, mais leurs couleurs évoquent des sphères collectives comme les bâtiments officiels ou encore l’armée. Ces couvertures ne sont pas neuves, elles ont déjà été utili- sées par le passé. objets du réconfort, de l’urgence et de la survie, elles sont recouvertes d’un matériau noble et convoité, chargé d’abstraction et de spiritualité, de fines feuilles d’or, qui servent aussi à la réalisation des icônes de l’église ortho- doxe et y figure le sacré, un non objet, l’ immatériel. 

Le titre de la pièce, ‘Krasny ougol’, est le nom du ‘bel angle’ dans les isbas, (sortes de chalets traditionnels russes), où étaient placées les icônes destinées à la dévotion privée. Il est le lieu central autour duquel s’organise le foyer. Ce folklore rural prend ses racines dans la faste Eglise byzantine du Xème siècle et rappelle les lares et les pénates des rites domes- tiques païens de l’Antiquité. Cette coutume s’ancre durablement dans la culture populaire russe, jusqu’à Malévitch qui présente son Quadrangle (carré noir) en haut d’une encoignure de mur, telle une icône. Il puise cette influence dans son enfance dans la campagne ukrainienne, où il observe les paysans décorer leurs masures d’un art naïf coloré de mélanges d’argile et d’azur de Hollande (sans doute des camaïeux de verts) [cf : Enfance et jeunesse de Kazimir Malévitch, cha- pitre de l’autobiographie de l’artiste, rédaction préface et notes de Nicolas Khardidjiev, dans The Russian Avant-Gardes Hylae Prints, stockholm, 1976, p. 83-122].w